Pétition NON à ASTRID !

Le Collectif Non à Astrid appelle à signer une pétition à l'attention du Commissariat général à l'investissement demandant l’arrêt du projet ASTRID, le projet de réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium (filière de 4ème génération RNR-Na) qui doit se construire à Marcoule, dans le Gard.

Dites non à un nouveau réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium liquide !
Dites non à une installation nucléaire supplémentaire à Marcoule !
Dites «NON à ASTRID !»

NON à ASTRID !

Dans le cadre de la loi du 13 juillet 2005 sur le développement des technologies des réacteurs nucléaires du futur et des technologies nécessaires à une gestion durable des déchets nucléaires, la France a donné la priorité à la technologie des Réacteurs à Neutrons Rapides refroidis au sodiumRNR-Na et décidé de construire le réacteur Advanced Sodium Technological Reactor for Industrial DemonstrationASTRID pour démontrer la capacité de la filière à Opération visant à rendre moins radioactifs certain déchets produits dans les centrales nucléairestransmuter les actinides mineurs à l'échelle industrielle. En 2010, le Commissariat à l'Energie AtomiqueC.E.A. a reçu 651,6 M€ pour élaborer l’Avant Projet Détaillé du réacteur.

Considérant que :

  • Les installations nucléaires françaises, y compris celles exploitées par le C.E.A., sont le théâtre constant de dysfonctionnements et d’écarts par rapport au référentiel de sécurité.
  • La gestion de l'information suite à l'explosion d'un des fours dans l'usine CENTRACO à Marcoule en septembre 2011 a confirmé, s'il en était besoin, le manque de transparence et la désinformation sur les questions des nucléaires civil et militaire.
  • ASTRID devrait être construit à Marcoule dans le Gard, sur la grande faille sismique active de Nîmes où près de 100 000 m3 de matières radioactives sont déjà présentes.
  • ASTRID pose les mêmes problèmes de sécurité intrinsèques que Réacteurs français aujourd'hui à l'arrêt utilisant la technologie RNR-NaRapsodie, Phénix et Superphénix en raison de la très grande réactivité chimique du sodium liquide.
  • ASTRID contiendrait plusieurs tonnes de plutonium alors que quelques milligrammes suffisent à provoquer le décès.
  • Autorité de Sûreté NucléaireL'ASN a rendu un avis défavorable sur la transmutation des actinides mineurs qui poserait, in fine, plus de problèmes de sûreté du fait de l’extrême radioactivité des éléments manipulés à toutes les étapes du processus qu'elle n'en résoudrait au niveau du stockage.
  • Le coût de la construction d’ASTRID reste actuellement inconnu, la viabilité technique et économique de la filière RNR-Na et de la transmutation des actinides mineurs sont aujourd’hui totalement hypothétiques.
Je m'oppose à la construction d’ASTRID et vous demande de ne pas déclencher la troisième et dernière tranche 2015-2017 de l’Avant Projet Détaillé du programme d'un montant de 243,1 M€.

Pour signer en toute connaissance de cause, nous vous invitons à consulter les articles et documents suivants :

Signez la pétition NON à ASTRID !

Dans le cadre de la loi du 13 juillet 2005 sur le développement des technologies des réacteurs nucléaires du futur et des technologies nécessaires à une gestion durable des déchets nucléaires, la France a donné la priorité à la technologie des RNR-Na et décidé de construire le réacteur ASTRID pour démontrer la capacité de la filière à transmuter les actinides mineurs. En 2010, le C.E.A. a reçu 651,6 M€ pour élaborer l’Avant Projet Détaillé du réacteur.

Considérant que :

  • Les installations nucléaires françaises, y compris celles exploitées par le C.E.A., sont le théâtre constant de dysfonctionnements et d’écarts par rapport au référentiel de sécurité.
  • La gestion de l'information suite à l'explosion d'un des fours dans l'usine CENTRACO à Marcoule en septembre 2011 a confirmé, s'il en était besoin, le manque de transparence et la désinformation sur les questions des nucléaires civil et militaire.
  • ASTRID devrait être construit à Marcoule dans le Gard, sur la grande faille sismique active de Nîmes où près de 100 000 m3 de matières radioactives sont déjà présentes.
  • ASTRID pose les mêmes problèmes de sécurité intrinsèques que Rapsodie, Phénix et Superphénix en raison de la très grande réactivité chimique du sodium liquide.
  • Astrid contiendrait plusieurs tonnes de plutonium dont une dizaine de milligrammes seulement suffisent à provoquer le décès.
  • Plutonium et actinides mineurs sont une source de danger inacceptable du fait de l’extrême toxicité et radioactivité des éléments manipulés à toutes les étapes du processus : transport, opérations de séparation, combustion dans le réacteur, gestion du combustible irradié, démantèlement.
  • Le coût de la construction d’ASTRID reste actuellement inconnu, la viabilité économique de la filière RNR-Na et de la transmutation les actinides mineurs sont aujourd’hui totalement hypothétiques.
Je m'oppose à la construction d’ASTRID et vous demande de ne pas déclencher la troisième et dernière tranche 2015-2017 de l’Avant Projet Détaillé du programme d'un montant de 243,1 millions d’euros.

[signature]

Tous les éléments sont requis. Votre courriel ne sera pas affiché publiquement, ni divulgué à qui que ce soit.

584 signatures

Partagez la pétition